MP3 - 19.6 Mo
Grève du 10 décembre : « La mobilisation sera plus forte », estime Veyrier sur RTL

Grève du 10 décembre : « La mobilisation sera plus forte », estime Yves Veyrier, Secrétaire général de FO

RTL le 9 décembre 2019 par Yves Veyrier

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !

« À la veille de la seconde journée de manifestations, le 10 décembre, contre la réforme des retraites, le secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier s’attend à une mobilisation encore plus importante que celle qui a lancé le mouvement. » RTL

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Tous les articles de la campagne

Mobilisation pour les Retraites - Yves Veyrier, Secrétaire général de FO : « Le régime général de la Sécurité sociale, c’est 18 millions de salariés actifs cotisants, et c’est ça qui va disparaître »

Europe 1 le 5 décembre 2019 par Yves Veyrier

« Interrogée sur la durée de la mobilisation, Yves Veyrier, secrétaire général FO, assure au micro d’Europe 1 qu’il ne souhaite pas la durée du mouvement. Son objectif : être entendu et revenir à la table des négociations "sans préalable". » Europe 1

Toujours plus mobilisé-es pour gagner !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF et UNL constatent que le mouvement contre le projet de réforme des retraites s’est inscrit depuis le 5 décembre dans la durée avec notamment des reconductions importantes de grève et avec l’entrée de nouveaux secteurs professionnels dans les actions de grève, de débrayages et de mobilisation.

Yves Veyrier, Secrétaire général de FO : « C’est le marché du travail qui crée les injustices en matière de retraite, pas le système actuel ! »

Interview d’actuEL CE/CSE le 27 novembre 2019 par Yves Veyrier

Secrétaire général de FO, Yves Veyrier appelle les salariés à faire grève le 5 décembre contre le projet de réforme des retraites. A ses yeux, un régime universel à points ne résoudrait aucune des injustices constatées au moment de la retraite, car il faut traiter leur cause, à savoir « les défaillances du marché du travail » avec un trop grand nombre d’emplois précaires et de bas salaire. Interview.