Histoire et syndicalisme

Histoire par Christophe Chiclet, L’Info Militante

L’histoire du mouvement ouvrier en général et du syndicalisme en particulier est entrée tardivement dans la recherche universitaire, seulement à la fin des années 1960, grâce entre autres à Jean Maitron.

L e milieu universitaire français a longtemps rechigné à travailler sur le mouvement ouvrier contemporain. C’est Jean Maitron qui en fut le précurseur en fondant en 1966 le Centre d’histoire du syndicalisme, dépendant de la Sorbonne. Chemin faisant, ce centre est devenu le CRHMSS (Centre de recherche d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme) et désormais le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, basé depuis peu à Aubervilliers.

Jean Maitron (1910-1987) était le petit-fils d’un communard. Ses deux parents étaient instituteurs. Il fut membre du PCF de 1930 à 1933, puis de 1935 à 1939, rompant définitivement avec le stalinisme après les accords Molotov-Ribbentrop, connus aussi sous le nom de pacte germano-soviétique. Il fut aussi proche des trotskystes et des anarchistes, sans pour autant adhérer à ces mouvements. En 1949, il participe à la fondation de l’Institut français d’histoire sociale. Il soutient deux thèses d’histoire et devient chercheur au CNRS de 1955 à 1963, puis professeur à la Sorbonne de 1963 à 1976. Il a aussi fondé deux revues : L’actualité de l’Histoire, de 1953 à 1960, puis Le Mouvement social, toujours publiée.

« Le Maitron »

L’œuvre majeure de Jean Maitron est son dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et mouvement social. Cette aventure exceptionnelle débute en 1955. Après la disparition du fondateur, ce sont Claude Pennetier, Paul Boulland et d’autres qui continuent cette aventure hors norme, publiée aux éditions de l’Atelier.

Aujourd’hui « Le Maitron » c’est soixante-dix-huit volumes répertoriant plus de 150 000 biographies, dont plus de 7 000 militants de FO. Il existe quarante-quatre volumes sur le mouvement ouvrier français de 1789 à 1939 et depuis 2006, douze volumes sur les années 1940-1968. Par ailleurs, il y a des volumes thématiques : cheminots, gaziers-électriciens, enseignants, fusillés-exécutés-abattus... Il existe aussi des dictionnaires sur d’autres pays : Autriche, Grande-Bretagne et Irlande, Japon, Allemagne, Chine, Maroc, Algérie, Belgique. D’autres sont en préparation sur la Grèce et Chypre, entre autres.

L’équipe actuelle travaille sur la période 1968-1981 et sur un dictionnaire des mouvements immigrés. Quatre-vingts pour cent des données du « Maitron » sont accessibles désormais sur son site et peuvent être achetées sur CD.

 

Jacques Droz (1909-1998)
Agrégé d’histoire en 1932, professeur à la Sorbonne en 1962, il était le grand spécialiste de l’Allemagne. Mais il travaillait aussi sur l’histoire du mouvement ouvrier. Il a publié une « Histoire du socialisme » en quatre volumes, de 1972 à 1978.
À la fin de sa carrière, il avait installé son bureau au Centre d’histoire du syndicalisme. Il a été le professeur de René Rémond, Albert Soboul, Michel Foucault et Michel Serres, entre autres.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet