« Icônes américaines » au Musée Granet : Aix fan des sixties

Exposition en Provence par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

La « quintessence » de l’art américain de l’après-guerre débarque en Provence : jusqu’au 17 octobre, sont présentées au Musée Granet, à Aix-en-Provence, des œuvres emblématiques d’artistes liés aux principaux courants d’outre-Atlantique comme Warhol et Lichtenstein, papes du pop art.

Direction Sud-Est : l’exposition « Icônes américaines » a pris la route pour, après le Grand Palais à Paris, s’installer à Aix-en-Provence, du 11 juillet au 18 octobre. Sea, art and sun. Liz Taylor en madone rouge signée Warhol et le pneumatique géant de Lichtenstein figurent parmi la cinquantaine d’œuvres, peintures et sculptures, présentées. Au total, 14 artistes et un résumé forcément réducteur mais instructif des grands courants qui ont agité la vie artistique outre-Atlantique depuis la Seconde guerre mondiale, quand le centre du monde bascula : expressionnisme abstrait, minimalisme, pop art… Avec quelques grands absents. Qui manquent au San Francisco Museum of Modern Art, le SFMoMA, dont proviennent les œuvres présentées dans le cadre de cette exposition. Calder, Warhol, Roy Lichtenstein, Sol LeWitt et Cy Twombly n’en sont pas moins au rendez-vous. En travaux depuis deux ans, le SFMoMA, considéré comme le premier musée d’art moderne et contemporain de la côte ouest des États-Unis, en profite pour faire voyager son patrimoine, récemment enrichi par la famille Fisher, à l’origine d’une célèbre enseigne, après qu’elle a échoué à imposer son propre musée à la ville californienne. Le monde selon les Fisher...

Icônes américaines. Chefs-d’œuvre du San Francisco Museum of Modern Art et de la collection Fisher, du 11 juillet au 18 octobre 2015, au Musée Granet, Place Saint Jean de Malte, 13100 Aix-en-Provence.
Tarifs : de 6 à 8 €
Tél. : 04 42 52 88 32.
Infos sur le Net : http://www.museegranet-aixenprovence.fr

Sur le même sujet

Magritte dévoilé ?

Exposition au Centre Pompidou par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Au-delà du peintre apprécié par les éditeurs de posters, l’artiste belge a développé une approche de la peinture qui joue avec le visible. Et on peut le voir à l’œuvre au centre Georges-Pompidou, à Paris, dans le cadre de l’exposition « Magritte, la trahison des images », présentée jusqu’au 23 janvier 2017.