Les services de l’État placés dans des maisons cache-misère

Réforme par Evelyne Salamero

Les maisons de services au public regroupent des services, publics voire privés, pour un accès de proximité dans certaines zones. © Ian HANNING / REA

L’exécutif met en place les Maisons de l’État. Elles abriteront quelques administrations et devront pallier le repli de la présence publique sur un territoire national réformé.

Actuellement en débat au Parlement, la réforme territoriale s’accompagnera d’ici à 2017 d’une réforme de l’État qui réorganisera notamment la présence des administrations à l’échelon départemental. Alors que la réforme territoriale prévoit la disparition des conseils généraux d’ici à 2020, la réforme de l’État prétend elle « conforter » le niveau départemental. Il s’agit plutôt de colmater les brèches dues aux disparitions de services de proximité jusque-là garantis aux usagers (particuliers, collectivités, entreprises). Ainsi, selon une circulaire du Premier ministre aux préfets, « des points de contact de proximité avec les maisons de services au public et les Maisons de l’État garantiront un accès facilité à toutes les administrations » dans les secteurs ruraux, urbains et périurbains.

L’attente du retour sur investissement

Créées en 2010, des maisons de services au public abritent déjà des bribes de services publics et parfois des opérateurs privés. De leur côté, les Maisons de l’État – conçues en 2013 – devront « rationaliser » la présence des administrations déconcentrées de l’État sur le territoire, selon un schéma évolutif fixé par le préfet. Pour chaque projet, l’État observera « les économies attendues du projet » et « son retour sur investissement ». Ces maisons, qui abriteront quelques services via parfois de simples permanences, visent à être un « appui aux collectivités ». Destinées aussi aux usagers, elles pourront accueillir des services relevant par exemple des sous-préfectures, dont la quasi-disparition est programmée.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Entre manipulation des statistiques et rêve de business

Délais d’attente au permis de conduire

C’est bien connu, on fait dire aux chiffres ce que l’on veut : ainsi, depuis quelques mois, les données publiées par l’Administration servent les ambitions d’un ensemble d’organisations patronales d’auto-écoles.

Un facteur aggravant de la fracture territoriale

Service Public par Mathieu Lapprand

L’ ouvrage de la Confédération Il faut sauver le service public est publié alors que les nombreux plans de réorganisation et de réduction de l’administration sur les territoires ces dernières années ont mis au jour des fractures territoriales de plus en plus béantes.
Face à la volonté du gouvernement (...)

Le 9 avril, se faire entendre par le gouvernement

L’Éditorial de Jean-Claude Mailly par Jean-Claude Mailly

Après une accalmie au mois de janvier, les chiffres du chômage sont repartis à la hausse en février (+ 0,4 %, soit 12 800 chômeurs supplémentaires dans la catégorie A).
Cela montre que même s’il y a, selon le gouvernement, quelques indicateurs économiques qui frémissent, cela ne se traduit pas par une (...)