Naples au Petit Palais

Expositions à ne pas manquer en cette fin d’année par Christophe Chiclet

Le Petit Palais accueille des rétrospectives consacrées à deux artistes napolitains majeurs : le sculpteur Gemito et le peintre Giordano.

P our la première fois à Paris une exposition est consacrée au sculpteur Vincenzo Gemito (1852-1929), qui a introduit le réalisme dans la sculpture italienne. Pas moins de cent vingt œuvres y sont exposées. Loin des sculptures antiques reprises par Mussolini dans un gigantisme délirant, Gemito reproduit les gens de la rue : le Petit pêcheur napolitain, un jeune garçon à demi-nu, les cheveux en bataille, ou le Joueur de cartes assis par terre, plongé dans ses cartes.

Pour le peintre Luca Giordano (1634-1705), il s’agit là aussi de sa première rétrospective en France. Il est le plus grand peintre du baroque napolitain, célèbre dans toute l’Europe au XVIIe siècle. Louis XIV le voulait, il a préféré la cour d’Espagne. Il a produit des tableaux de très grande taille pour les églises de sa ville, mais il a aussi réalisé d’immenses fresques pour les voûtes des palais italiens et espagnols.

 

Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, avenue Winston Churchill, 75008 Paris. Renseignements : www.petitpalais.paris.fr
Rétrospective Gemito : jusqu’au 26 janvier 2020 ; du mardi au dimanche, 10h-18h ; tarif : 9 à 11 euros.
Rétrospective Giordano : jusqu’au 23 février 2020 ; du mardi au dimanche, 10h-18h ; tarif : 11 à 13 euros.

Sur le même sujet

Beaubourg : la culture Duchamp

Exposition par Michel Pourcelot

Sa rétrospective inaugura le Centre Pompidou en 1977. Aujourd’hui, il y revient avec une exposition majeure : Marcel Duchamp. La peinture, même. Entretemps, il est devenu l’une des clés de l’art contemporain.

De l’importance d’être Wilde

Exposition à Paris par Michel Pourcelot

Première exposition à jamais être consacrée à l’écrivain, Oscar Wilde. L’impertinent absolu est à voir au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier 2017. Bien plus qu’impertinent, Wilde (1854-1900) fut surtout pertinent dans ses attaques incisives de l’hypocrisie victorienne et sa défense de l’individu face à l’uniformisation.

[Exposition] L’Asie se fait peur au Quai Branly

Culture par Michel Pourcelot

L’exposition « Enfers et Fantômes d’Asie », présentée jusqu’au 15 juillet au Musée du Quai Branly, à Paris, permet de découvrir les multiples créatures effrayantes nées au cœur de l’Asie. Elles en hantent encore les arts, du cinéma aux mangas en passant par l’art contemporain et les jeux vidéos.