Naples au Petit Palais

Expositions à ne pas manquer en cette fin d’année par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

Le Petit Palais accueille des rétrospectives consacrées à deux artistes napolitains majeurs : le sculpteur Gemito et le peintre Giordano.

P our la première fois à Paris une exposition est consacrée au sculpteur Vincenzo Gemito (1852-1929), qui a introduit le réalisme dans la sculpture italienne. Pas moins de cent vingt œuvres y sont exposées. Loin des sculptures antiques reprises par Mussolini dans un gigantisme délirant, Gemito reproduit les gens de la rue : le Petit pêcheur napolitain, un jeune garçon à demi-nu, les cheveux en bataille, ou le Joueur de cartes assis par terre, plongé dans ses cartes.

Pour le peintre Luca Giordano (1634-1705), il s’agit là aussi de sa première rétrospective en France. Il est le plus grand peintre du baroque napolitain, célèbre dans toute l’Europe au XVIIe siècle. Louis XIV le voulait, il a préféré la cour d’Espagne. Il a produit des tableaux de très grande taille pour les églises de sa ville, mais il a aussi réalisé d’immenses fresques pour les voûtes des palais italiens et espagnols.

 

Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, avenue Winston Churchill, 75008 Paris. Renseignements : www.petitpalais.paris.fr
Rétrospective Gemito : jusqu’au 26 janvier 2020 ; du mardi au dimanche, 10h-18h ; tarif : 9 à 11 euros.
Rétrospective Giordano : jusqu’au 23 février 2020 ; du mardi au dimanche, 10h-18h ; tarif : 11 à 13 euros.

Sur le même sujet

De l’importance d’être Wilde

Exposition à Paris par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Première exposition à jamais être consacrée à l’écrivain, Oscar Wilde. L’impertinent absolu est à voir au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier 2017. Bien plus qu’impertinent, Wilde (1854-1900) fut surtout pertinent dans ses attaques incisives de l’hypocrisie victorienne et sa défense de l’individu face à l’uniformisation.