Communiqué de FO

Force Ouvrière dément mettre son service d’ordre à disposition des manifestations samedi

, Yves Veyrier

Recommander cette page

Un article de presse du Parisien, paru ce jour, prétend que Force Ouvrière serait prête à mettre à disposition son service d’ordre samedi pour protéger les cortèges et manifestations des gilets jaunes.

La confédération Force Ouvrière dément ces informations et n’a jamais fait de telles propositions.

Les organisations syndicales n’ont pas vocation à se substituer aux forces de l’ordre.

La confédération FO rappelle qu’elle n’appelle pas à manifester samedi.

Force Ouvrière, attachée à la liberté de manifester, est signataire de la déclaration des organisations syndicales du 6 décembre qui dénoncent toute forme de violences dans l’expression des revendications et appellent le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations portant en particulier sur le pouvoir d’achat et les salaires.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Yves Veyrier

Secrétaire général de Force Ouvrière


  • Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
  • Relations avec les fédérations nationales et les unions départementales
  • Représentation de la Confédération aux niveaux national et international
  • Expression publique
  • Handicap
  • Prospective (IRES), Histoire et Documentation

Envoyer un message à Yves Veyrier

Site internet : https://twitter.com/yveyrier

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

21 février 1989

En Tchécoslovaquie, Václav Havel, est condamné à neuf mois de prison ferme pour sa participation à un rassemblement déclaré illégal. Il est élu à l’unanimité, le 29 décembre, président de la République par un parlement dont pas un membre ne lui aurait donné sa voix six mois plus (...)

En Tchécoslovaquie, Václav Havel, est condamné à neuf mois de prison ferme pour sa participation à un rassemblement déclaré illégal. Il est élu à l’unanimité, le 29 décembre, président de la République par un parlement dont pas un membre ne lui aurait donné sa voix six mois plus tôt.