Services de pédiatrie : mêmes causes = mêmes effets

Fédération FO-SPSS par Services publics et de Santé

Article publié dans le cadre de la campagne Elections Fonction publique
© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé - Force Ouvrière

La Fédération FO-SPSS constate que ce gouvernement continue comme ses prédécesseurs à mener une politique en réaction aux évènements, à la fois, approximative et branchée sur le courant alternatif. Voilà comment la Fédération qualifie les effets d’annonces concernant le déblocage de 150 millions d’euros, en réponse à la saturation des « services en tension ».

Pour la Fédération il s’agit d’un « cataplasme sur une jambe de bois » en réaction à l’actualité du moment, touchant les services de pédiatrie par l’effet cumulé de l’épidémie de bronchiolite et du manque de soignants. De plus les 150 millions d’€ sont apparemment destinés entre autres au recrutement de personnel, encore faudrait-il que les personnels formés sur le marché du travail existent.

En outre, le ministre François Braun a déclaré que : cette enveloppe financière servirait à la valorisation de la pénibilité de certains exercices dans cette période hivernale, notamment des gardes et du travail de nuit. Il ne s’agira pas de majorations générales, mais de mesures ciblées concernant les services en tension. Pour la Fédération FO-SPSS, quel secteur n’est-il pas actuellement en tension ? Sur les mesures ciblées, elles vont de nouveau accroître la balkanisation des services de soins à l’hôpital public et diviser les personnels. Pour FO, ce sont des mesures prenant en compte les problématiques globales dont la FPH a besoin, notamment pour remettre les moyens au cœur du fonctionnement de l’ensemble des services.

Ce constat de pénurie de personnels et de manque d’attractivité n’est pas une surprise, il est symptomatique des politiques d’austérités menées depuis des années par les gouvernements successifs !

Voilà des années que la Fédération FO-SPSS dénonce et manifeste contre le délitement de l’hôpital public et des structures Sociales et Médico-sociales.

Voilà des années que la Fédération condamne ces politiques mortifères qui ont pour effets de dégrader le niveau des rémunérations, les conditions de travail et le service rendu à la population avec pour conséquence induite d’abîmer les agents hospitaliers dans l’exercice de leurs fonctions.

Voilà des années que la Fédération fustige les politiques de fermeture de lits, de services et d’établissements, accentuant les déserts médicaux.

La situation actuelle est le résultat des réformes successives subies par l’hôpital public depuis 1996, dont aucune n’a répondu aux besoins des agents, des patients et établissements.

Ces choix politiques épuisent les agents et sont aujourd’hui synonymes de perte de chance dans la prise en charge des patients. Cette stratégie visant à continuer la réduction de l’offre de soins pour réduire les dépenses est obsolète et la crise sanitaire en a démontré ses effets délétères.

La Fédération FO-SPSS exige un changement de paradigme et rappelle ses revendications :

 Ouverture de places de formation et recrutement massif de 200 000 postes pour améliorer les conditions de travail ;
 Augmentation de la valeur du point d’indice ;
 Versement du CTI « Ségur » aux 3000 agents manquants ;
 Ouverture des négociations sur les grilles indiciaires de rémunération des personnels, Techniques, Ouvriers, Administratifs, Socio-éducatifs, ASHQ, AMP, AES, Ambulanciers, Psychologues...
 Réouverture d’établissements, services et lits...

POUR RÉSISTER – REVENDIQUER – RECONQUÉRIR DU 1ER AU 8 DÉCEMBRE 2022 VOTEZ FO !

Services publics et de Santé Secrétaire général

Plus dans la campagne Elections Fonction publique
Tous les articles de la campagne