[Théâtre] Pulvérisés par le travail

Culture par Michel Pourcelot

Aux quatre coins du monde, le même drame. Des vies privées de plus en plus privées de leur intimité, pulvérisées par leurs professions. Tel est le propos d’Alexandra Badea, dont la pièce est présentée en Avignon du 6 au 9 juillet 2018.

Une ouvrière chinoise, un téléconseiller de plateau téléphonique commercial sénégalais, une ingénieure roumaine et un cadre supérieur, responsable qualité, français. Que ce soit à Shanghai, Dakar, Lyon ou à Bucarest, leurs vies privées sont impactées, voire pulvérisées, par l’activité professionnelle. Alexandra Badea, roumaine, a, dans son texte, pris ses exemples aux quatre coins du monde mondialisé. Chacun a des fonctions très différentes, mais le mal est le même.

Jargons

Pour le metteur en scène, Vincent Dussart, directeur artistique de la Compagnie de l’Arcade, Alexandra Badea a voulu montrer comment l’organisation du travail vient perturber leurs vies privées et comment ils ne peuvent plus être en relation avec l’Autre. Perturbations qui découlent également des jargons professionnels de plus en plus envahissants, notamment celui en vogue dans le marketing. Paru aux éditions L’Arche, le texte d’Alexandra Badea a été récompensé par le Grand Prix de Littérature Dramatique d’Artcena en 2013.

Extrait :

Alors tu restes à ta place sur une surface d’un mètre carré dans un espace illimité. Et tu regardes la caméra de surveillance le temps d’écouter les instructions de sécurité et les slogans de l’entreprise. Si tu ne t’appliques pas au travail aujourd’hui. Demain tu t’appliqueras à trouver du travail

 

[( Pulvérisés, pièce d’Alexandra Badea, dans une mise en scène et une scénographie de Vincent Dussart, interprétée par Patrice Gallet, Tony Harrisson, Simona Maicanescu, Haini Wang. Lumières : Jérôme Bertin, Alexandrine Rollin. Costumes : Lou Delville
À Avignon, du 6 au 29 juillet, au Présence Pasteur, 16 rue du Pont Trouca, 84000 Avignon, à 16h40. Relâche les lundis. Réservations : 04 32 74 18 54. Tarifs de 12 à 17,00 €). ]

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par Michel Pourcelot

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.

[Théâtre] Vera : reine au bal des décomplexés, elle glisse

Culture par Michel Pourcelot

Portrait d’une avide ambitieuse. Vera se croit l’une des reines du bal ultra-libéral mais va se prendre les pieds dans le tapis après avoir allègrement piétiné son entourage. Elle va valser et finir en citrouille. Au Théâtre de Paris, à partir du 3 mars 2018, avec Karin Viard et Helena Noguerra.

Work in Regress : pour faire progresser le travail

Festival d’Avignon par Michel Pourcelot

Une pièce qui trouve son origine dans la série de suicides intervenue à France Télécom et qui en arrive à se pencher sur le rapport actuel au travail. Avec des témoignages en nombre, DRH, sociologues, syndicalistes... Et deux questions : le bonheur au travail est-il possible ? Peut-on changer le monde ?