Un « Micro Cr€dit » accordé en Avignon

Théâtre par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Quel crédit accordé au crédit, à l’argent ? Serait-ce plutôt un credo ? Le spectacle théâtral « Micro Cr€dit » vous en donne pour votre argent dans le cadre du festival off d’Avignon, du 7 au 28 juillet.

Une micro fiction qui interroge à son échelle les rouages de l’incommensurable machine économique : armé d’un... micro, un comédien questionne, harangue, puis en vient, à duelliser avec un musicien sonnant et bûchant. La pseudo-conférence part alors en une sorte de concert d’un power duo plus ou moins désaccordé, sinon déjanté, où comédien et musicien ne font pas l’économie d’une performance théâtrale.

Parce qu’il le vaut bien

L’action est motivée : interroger notre rapport à l’argent. Qui nous vaut un voyage initiatique en terre économique. Pour ce faire, les deux auteurs de Micro Cr€dit, Pauline Jambet, que l’on a pu voir au Rond-Point à Paris, et Maxime Le Gall, membre du collectif d’artistes de la Comédie de Béthune, se sont faits explorateurs pour remonter aux origines anthropologiques, mythologiques et même magiques de ce système, confiant à l’histoire, la philosophie et l’ethnologie. Micro crédit mais maxi vision.

Micro Cr€dit Voyage initiatique en terre économique, de Pauline Jambet et Maxime Le Gall. Mise en scène de Pauline Jambet. Jeu : Maxime Le Gall et Stéphan Faerber. Création son, lumière : Stéphan Faerber.
A l’Artéphile, 7 Rue Bourgneuf, 84000 Avignon, à 21h35, du 7 au 28 juillet sauf relâche les 12, 19 et 26 juillet. Durée : 1h. Réservation : 04 90 03 01 90. Tarifs de 11 à 16€.

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.