Une cheminote en campagne et... en musique

Portrait par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Candidate FO aux élections professionnelles à la SNCF, Pauline Georges, 26 ans, défend bec et ongles le service public, seule garantie valable de la sécurité des voyageurs et des agents, son cœur de métier.

Pauline Georges apparaît sur le clip de campagne FO en vue des élections professionnelles à la SNCF du 19 novembre prochain. Elle a donc dû faire, à l’instar de ses camarades, ses débuts dans le play-back, elle qui confie chanter souvent en privé. « Au départ, je n’étais pas trop partante. Et puis ça s’est plutôt bien passé. Et nous avons de très bons retours de la part des collègues. » Âgée de 26 ans, jeune maman, Pauline travaille à la SNCF depuis 2010. Dans son métier, qui consiste à rédiger les référentiels pour la mise en service et la maintenance des installations de signalisation, le maître mot est la sécurité.

La sécurité en danger

Et justement, explique-t-elle, « les directives vont dans le sens d’un affaiblissement du service public au détriment de la sécurité des voyageurs et des personnels ». C’est ce constat, doublé du sentiment qu’il était de plus en plus difficile de défendre ses droits individuellement dans une entreprise en plein chamboulement, qui l’a décidée à s’engager dans l’action syndicale. Elle a choisi FO parce que, entre autres choses, « c’était le seul syndicat à venir vers nous et à nous informer ». Aujourd’hui, forte de son expérience, elle est candidate au mandat de délégué du personnel et à l’un des 27 comités d’entreprise du groupe (collège agents de maîtrise), ainsi qu’au conseil d’administration. 

 Voir en ligne  : FO - Redressons la voie

Sur le même sujet

Jean-Claude Mailly défend le rôle interprofessionnel des syndicats

#FO2018Lille par Nadia Djabali

C’est devant plus de 3 500 délégués que Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière a entamé son discours inaugural du 24e Congrès de la confédération syndicale. Le rendez-vous se tenant à Lille du 23 au 27 avril 2018, trois interventions ont toutefois précédé la prise de parole du secrétaire général de FO.