Un 1er Mai 2014 contre l’austérité, pour les salaires

Emploi et Salaires par Yves Veyrier

« Le 1er mai est d’abord une journée internationale de solidarité et de revendications » ont rappelé les militants FO à l’occasion des meetings organisés ce 1er mai 2014 dans de nombreux départements.

Les meetings FO ont aussi, plus souvent qu’auparavant, été accompagnés de manifestations communes avec notamment la CGT ou encore la FSU et Solidaires, à l’image de la manifestation parisienne qui a rassemblé 60 000 manifestants à Paris.

Dans le Calvados, six défilés communs avaient été organisés, de même qu’en Charente Maritime. En Loire Atlantique quatre manifestations ont eu lieu, cinq dans le Puy de Dôme, trois en Vendée, une à Perpignan, huit en Seine Maritime, …

Le motif de cette mobilisation était aussi le vote, la veille à l’Assemblé Nationale, du plan d’économies de 50 milliards d’euros, qui est la réponse du gouvernement aux obligations résultant du pacte de stabilité de l’UE.

Jean-Claude Mailly, qui présidait le rassemblement FO à la Croix Rousse à Lyon, en mémoire des Canuts, appelait le gouvernement à « sortir de l’austérité ».

Jean-Claude Mailly dénonçait en particulier l’illusion du pacte dit de « responsabilité » qui confirme, a contrario de la rigueur imposée aux budgets publics (État, collectivités territoriales, assurance maladie et protection sociale), 30 milliards d’euros d’allègements au profit des entreprises, sous forme d’aide directe (les 20 milliards de crédit d’impôt du CICE), de nouveaux allègements de cotisations (à hauteur de 10 milliards d’euros) et d’allègements fiscaux à venir, car « jamais le patronat ne prendra d’engagements pour l’emploi et les rémunérations ».

Cette année, le 1er mai, sans être forcément un baromètre du degré de mobilisation des salariés, était un prélude aux manifestations et grèves appelées par l’ensemble syndicats de la Fonction Publique pour le 15 mai. En cause, les économies ciblant les fonctionnaires et agents des services publics sous forme de poursuite du gel du point d’indice, qui commande l’évolution générale des salaires, mais aussi les réductions d’effectifs et de moyens des services portant gravement atteinte désormais à l’égalité républicaine.

Ce 1er mai, dans le monde de nombreuses manifestations syndicales étaient organisées comme en Espagne, avec 70 manifestations « contre la précarisation de l’emploi », au Portugal et en Grèce, pays où les salariés subissent les conséquences de plans d’austérités drastiques. Au Cambodge, où les travailleurs du textile revendiquent une hausse des salaires, « des échauffourées ont opposé la police à des manifestants rassemblés aux abords du Parc de la Liberté à Phnom Penh » rapporte l’AFP.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Smicard un jour, smicard (presque) toujours

Salaires par Nadia Djabali

Particulièrement touchés par la crise, les contrats courts et l’intérim, les salariés qui commencent au Smic sont pris dans un plancher collant qui les empêche d’obtenir un meilleur salaire. FO revendique une augmentation du Smic à hauteur de 80 % du salaire médian