Commerce

Chez Chaussexpo, FO appelle à amplifier la mobilisation

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

L’enseigne Chaussexpo va fermer 35 magasins, vendre son siège et supprimer 116 emplois. L’annonce a été faite aux représentants du personnel le 19 septembre. Ce même-jour, trois syndicats avaient lancé un appel à la grève. FO demande aux salariés de se préparer à mener la bagarre pour obtenir les meilleures conditions d’accompagnement.

Six mois d’attente, six mois de promesses, six mois de mensonges, dénonce FO dans un tract appelant les salariés de Chaussexpo à cesser le travail le 19 septembre sur le thème de l’emploi. Confronté à des difficultés financières, le propriétaire de l’enseigne de chaussures low cost, le groupe familial Desmazières, avait été placé en redressement judiciaire le 5 février 2018. Les éventuels repreneurs avaient jusqu’à mi-mai pour déposer un dossier.Il y a eu des offres de reprise partielle, explique Luc Dubois, délégué FO. Personne ne veut investir dans la vente de chaussures, c’est un marché en train de se casser la figure. La solution qui a été retenue par le juge, c’est le plan de redressement du patron. Mais de mois en mois, on nous balade.

En août dernier, le syndicat a découvert que deux dirigeants avaient fait valoir leurs droits à la retraite depuis début juillet 2018. Ils continuent à travailler et à toucher un salaire, mais ils ont préparé leur avenir, à nous de préparer le nôtre, prévient Luc Dubois. Selon le tract diffusé par FO, s’ils sont restés dans l’entreprise, c’est pour nous bercer d’illusions, pour que nous continuions à écouler la marchandise, […] tout cela pour que nos licenciements coûtent le moins cher possible.

Partir la tête haute

Le 19 septembre, la direction a annoncé aux représentants du personnel la suppression de 116 postes sur 1200. Selon le délégué FO, le plan prévoit la fermeture de 35 magasins sur 223, et la mise en vente du site de Lesquin (Nord) qui regroupe les bureaux du siège et un entrepôt. En avril 2017, les salariés avaient déjà été confrontés à un plan social fermant une trentaine de magasins et supprimant 88 emplois.

L’appel à la grève lancé par les syndicats FO, CGT et CFDT visait à obtenir les meilleures conditions d’accompagnement pour les salariés concernés. Ça a été une petite réussite, une vingtaine de magasins a mené des actions, grève, débrayage ou distribution de tracts, et une grande majorité de l’entrepôt était en grève, se félicite Luc Dubois.

Le délégué FO, qui a le soutien de la Section fédérale du Commerce & VRP de la fédération FEC-FO, appelle désormais les salariés à amplifier la mobilisation. On va devoir se préparer à mener la bagarre pour récupérer tout ce qu’on peut en matière de primes de licenciement extra-légales ou de formation, il ne faut pas attendre, prévient-il. Pour ceux qui ont 50 ans, ça ne va pas être facile de retrouver du boulot. Notre seule force pour les faire céder, c’est notre mobilisation. On a bien l’intention de ne pas être sacrifiés et de partir la tête haute.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 12 décembre de 09h20 à 10h00

    :franceinfo
    Yves Veyrier sera invité sur France Info dans « :l’éco ».
  • Mercredi 12 décembre de 12h00 à 12h30

    BFM Business
    Yves Veyrier sera l’invité d’Hedwige Chevrillon sur BFM Business.