Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Découverte de l’Arménie à Mont-de-Marsan

Culture par Christophe Chiclet, L’Info Militante

La préfecture des Landes, Mont-de-Marsan, ville d’art spécialisée dans la sculpture, organise au printemps deux manifestations pour découvrir les trésors de la culture arménienne, mais aussi ses tragédies [1]

L’Arménie est une des plus vieilles civilisations qui a survécu de l’Antiquité à nos jours. Non sans difficulté ! De par sa position géographique, elle a été et est toujours un lieu de convoitise entre la Russie, la Perse et la Turquie ottomane.

En 1915, les Arméniens ont été victimes du premier génocide du XXe siècle. Hitler a d’ailleurs déclaré en préparant la Shoah qui se souvient du génocide des Arméniens. Au traité de Lausanne en 1923, l’Arménie perd son indépendance, et la petite Arménie orientale est soviétisée de force. Les rescapés du génocide arrivent en nombre à Marseille et remontent la vallée du Rhône jusque dans la banlieue parisienne. Ils sont alors ouvriers dans la chaussure et le textile, largement exploités par les patrons locaux.

En France, nombre d’Arméniens vont participer à la résistance (groupe Manouchian), se souvenant que l’Allemagne, alliée aux Ottomans durant la Première Guerre mondiale, avait participé au génocide. Dès 1988, avec les pays baltes, ils seront les premiers à revendiquer l’indépendance qu’ils auront en 1991. Pourtant, dès 1989, l’Azerbaïdjan et l’ Arménie vont commencer à s’affronter violemment.

La culture contre le génocide et l’oubli

Le commissaire de l’exposition, Guillaume Toumanian, est un franco-arménien de Bordeaux très impliqué dans la vie associative des Arméniens de Gironde. La quinzaine, « Yéraz » (Rêve), propose des spectacles (théâtre, cinéma), des concerts et des expositions au sein du Centre d’art contemporain des Landes.

Quant à « Menk » (Nous), elle présente des peintures, sculptures, dessins, photographies et vidéos. Cette manifestation a pour but de présenter l’Arménie dans sa réalité culturelle, géographique, ethnologique, historique et la triste actualité. Une vingtaine d’artistes (Arméniens d’Arménie, Franco-Arméniens, Français) présentent leurs œuvres : Pascal Convert, Melik Ohanian, Alexis Pazoumian, Vahan Soghomonian, Chloé Mossessian, Pascaline Marre, Rebecca Topakian, et d’autres. Le parrain de l’exposition est l’acteur Simon Abkarian. C’est la première fois qu’une manifestation culturelle d’importance autour de l’Arménie à lieu dans le Sud-Ouest.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Notes

[1« Yeraz » (rêve) du 21 mars au 3 avril, dans le cadre de « Menk » (Nous), du 23 mars au 28 mai. Centre d’art contemporain Raymonde Farbos, 1bis rue Saint Vincent de Paul, Mont-de-Marsan. De 14h à 18h, sauf samedi de 10h à 13h et 14h à 18h. Tarif, 2 €. Informations : 05 58 75 55 84

Sur le même sujet

Beaubourg : la culture Duchamp

Exposition par  Michel Pourcelot

Sa rétrospective inaugura le Centre Pompidou en 1977. Aujourd’hui, il y revient avec une exposition majeure : Marcel Duchamp. La peinture, même. Entretemps, il est devenu l’une des clés de l’art contemporain.

De l’importance d’être Wilde

Exposition à Paris par  Michel Pourcelot

Première exposition à jamais être consacrée à l’écrivain, Oscar Wilde. L’impertinent absolu est à voir au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier 2017. Bien plus qu’impertinent, Wilde (1854-1900) fut surtout pertinent dans ses attaques incisives de l’hypocrisie victorienne et sa défense de l’individu face à l’uniformisation.