Fermetures de magasins Go Sport : ça continue encore et encore !

Commerce par Employés et Cadres

Photographie de Mickael Denet (Own work) [GFDL or CC BY-SA 3.0]

Communiqué de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière - Section fédérale du Commerce & VRP

Après la fermeture des magasins d’Aubergenville, de Parly2, de Bercy, de Livry-Gargan, de Saint Brice-sous-Forêt, de Marseille Grand Littoral, de Les Pennes, de Pau, de Toulon Grand Var, de Limoges Boisseuil, d’Anglet, de Gonesse, de Nice One (ouvert en 2016 et fermé en 2017) et de tous les magasins de l’Est, Go Sport a fermé en décembre les magasins d’Herblay, de Reims, de Pontault-Combault, d’Aix les Milles.

Malgré l’annonce de la bonne santé et de la croissance du groupe faite sur BFM TV, fin 2017, par le P-DG de Go Sport, l’année 2018 devrait confirmer la tendance avec la fermeture des magasins de Bordeaux Mérignac, de Montpellier Lattes, du Havre, de Clermont Aubière, de Caen, de Dunkerque, ainsi que de tous les magasins qui rencontrent des difficultés et que la direction n’hésitera pas à fermer.

Les salariés de Go Sport ont besoin d’avoir des perspectives sur leur avenir, il n’est pas acceptable qu’ils découvrent la fermeture de leur magasin par l’intermédiaire d’un bailleur ou de la presse.

Depuis le début des fermetures en 2014, la section FO au sein de Go Sport avec FO Commerce & VRP se mobilisent et continueront à le faire pour défendre les intérêts des salariés qui sont manifestement à l’opposé des inquiétudes des dirigeants du groupe.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Mouvements chez GO Sport

Commerce par Employés et Cadres

Le groupe GO Sport se sépare de ses magasins Courir pour 283 millions d’euros et s’offre les services du cabinet Prospheres, spécialiste du redressement d’entreprises en difficultés…

Le Groupe Go Sport se sépare de Courir

Commerce par Employés et Cadres

La presse en parlait cet été, la direction du groupe Go Sport vient de le confirmer après avoir méprisé cette information, il y a bien un projet de vente de l’enseigne Courir pour une somme d’environ 283 millions d’euros.

Bricorama : Grogne salariale

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Les salariés de Bricorama ne sont pas satisfaits du résultat des négociations sur les salaires, achevées à la mi-mars. Aucun syndicat n’ayant signé l’accord pour 2015 et la direction s’en étant tenue à une augmentation de 0,5 % pour l’année, les salariés ont entamé, à l’initiative de FO, une série (...)