Frédéric Souillot : « Augmentation des salaires maintenant ! »

Éditoriaux de FO par Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière

C’est avec une certaine émotion que je signe ce premier édito dans L’inFO militante en tant que secrétaire général. C’est pour moi un exercice nouveau : je tâcherai de partager avec vous, chères et chers camarades, militants de l’organisation, ou tout simplement lecteurs de L’inFO militante, l’actualité de la confédération, les priorités, messages et humeurs du moment…

Vous le savez, notre congrès confédéral vient de s’achever à Rouen. À l’issue de ce congrès apaisé et rassemblé, notre organisation est sur de bons rails, avec à mes côtés une nouvelle équipe du Bureau confédéral, un collectif indispensable pour faire vivre notre organisation et faire avancer nos revendications.

L’encre de nos résolutions de congrès est à peine sèche. Elles définissent nos orientations pour les mois à venir mais également pour une action immédiate. Les attentes sont fortes, les urgences sont nombreuses. Et la première d’entre elles c’est le pouvoir d’achat, qui ne doit pas nous faire perdre de vue la question de l’augmentation des salaires.

Face à cette question du pouvoir d’achat, les différentes rustines se multiplient : bouclier tarifaire, indemnité inflation, ristourne sur les carburants viennent s’ajouter aux diverses primes d’activité ou de pouvoir d’achat... Le gouvernement promet une nouvelle aide à la rentrée : nouvelle indemnité inflation ou chèque alimentaire, peu importe la forme. Certes, c’est toujours bon à prendre et quand ça tombe, ça permet souvent de respirer un peu. Mais attention au retour de bâton, cela reste ponctuel et ce n’est pas du salaire.

Car la réponse pérenne, durable, ce doit être des augmentations de salaire ! Pour cela, le gouvernement dispose de deux leviers d’action : le coup de pouce au Smic et le point d’indice dans la fonction publique. Il dispose même d’un troisième levier en direction des retraités si l’on inclut la revalorisation des pensions. Et sur ces trois leviers, tout reste à faire !

Concernant le Smic, le gouvernement n’a plus décidé de coup de pouce depuis longtemps, laissant jouer les mécanismes automatiques de revalorisation chaque année au 1er janvier et en fonction de l’inflation lorsque celle-ci dépasse les 2 %. Sur le Smic, FO demande un véritable coup de pouce pour atteindre 1 500 euros tout de suite et enclencher ainsi une réelle dynamique de négociation salariale dans les branches et les entreprises.

FO ne manquera pas de rappeler le gouvernement à ses engagements !

Dans la fonction publique, l’annonce depuis plusieurs semaines – avant l’élection présidentielle – d’un relèvement du point d’indice suscite beaucoup d’attente. Reste à en connaître l’ampleur. FO demande qu’il soit significatif tant les pertes de pouvoir d’achat accumulées par les agents publics sont lourdes : près de 22 % depuis 2010, malgré l’augmentation symbolique de 0,6 % en février 2017.

Enfin, sur les pensions, là encore la revalorisation devra être significative, les retraités sont pénalisés par des pertes de pouvoir d’achat depuis des années, conséquence de la sous-indexation des pensions et des hausses de CSG. Nous avons déjà alerté la semaine dernière sur le refus du gouvernement d’aligner la revalorisation des pensions sur l’inflation réelle. Sur tous ces sujets, FO ne manquera pas de rappeler le gouvernement à ses engagements !

Abonnez-vous à la newsletter « Éditoriaux de FO »

Frédéric Souillot Secrétaire général de Force Ouvrière

Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.

Ambiance cacophonie budgétaire et mécontentement social

Emploi et Salaires par  Valérie Forgeront

Aux lois de finances votées en cette fin d’année s’est ajouté un projet de loi voté en urgence le 22 décembre. Ce texte « pour des mesures d’urgence économiques et sociales » présenté par le gouvernement introduit quatre dispositions censées calmer la grogne sur le pouvoir d’achat.