Le FMI favorable à des investissements dans les infrastructures publiques

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°23 par Secteur Europe - International

Le siège no 2 du FMI à Washington D.C. 1900 Pennsylvania Avenue. CC BY-SA 3.0 AgnosticPreachersKid — Travail personnel

Alors que l’UE est enfermée dans des débats sans fin avec les États membres pour savoir si le degré d’austérité est suffisant pour respecter le critère de déficit public, bien loin de toute logique de relance de la croissance, le fonds monétaire international (FMI) dans ses perspectives économiques consacre un chapitre à l’investissement public dans les infrastructures.

Tout en indiquant que la faiblesse de l’activité dans la zone euro (avec des prévisions de croissance en baisse notamment pour la France, l’Italie et aussi l’Allemagne) présente un risque majeur pour l’économie mondiale, le FMI considère que des investissements dans les infrastructures publiques sont nécessaires pour soutenir la demande et que le moment est particulièrement propice pour le faire du fait de la faiblesse historique des taux d’intérêt.

La Confédération européenne des Syndicats trouve ainsi un soutien inattendu à sa revendication d’un plan d’investissement massif en Europe pour relancer la croissance et l’emploi.

Le FMI montre une nette baisse des investissements publics dans les pays développés depuis les années 70 et une nette accélération dans les années 90 et 2000. A titre d’exemple, elle cite une étude sur le retard des investissements dans les infrastructures de transport en Allemagne. Les effets d’une hausse des investissements publics sont ensuite examinés. L’analyse montre qu’une hausse des investissements de l’ordre de 1% du PIB génère un gain de croissance de 0,4% la même année et un gain de 1,5% quatre ans après. En outre, cette hausse des investissements s’autofinance : elle n’accroit pas le ratio de dette publique puisque le gain de croissance compense l’éventuelle hausse de l’endettement.

 Voir en ligne  : La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°23

Sur le même sujet

Grèce : pas d’alternative à la fin de l’austérité

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°24 par Secteur Europe - International

Après les élections en Grèce qui ont vu la victoire du parti Syriza, la question de la dette revient sur le devant de l’actualité. En effet, Syriza a annoncé vouloir renégocier la dette du pays et sortir des politiques d’austérité imposées depuis 2010 en échange de sources de financement nouvelles (...)

A qui sert la dette ?

InFOéco n°100 du 17 février 2015 par Pascal Pavageau

Le 25 janvier, les élections législatives grecques ont rendu leur verdict. Avec ce résultat, de fait, le peuple grec a notamment signifié son rejet de la troïka (l’UE, la BCE et le FMI) et celui de son programme mortifère de politiques d’austérité et de réformes structurelles particulièrement brutales. (...)