Santé

Une baisse des accidents du travail à relativiser

, Françoise Lambert

Recommander cette page

© Benoît DECOUT/REA

Le nombre global d’accidents du travail a continué de décroître en 2017. Les salariés restent toutefois très exposés dans certains secteurs professionnels, dans l’intérim et l’aide à la personne. FO souligne l’urgence à traiter la question de l’amélioration des conditions de travail et celle de la santé au travail.

Avec une moyenne de 33,4 accidents du travail pour 1 000 salariés en 2017, le nombre d’accidents du travail continue à diminuer en 2017. Leur fréquence a baissé de 0,5% par rapport à 2016, et ils connaissent une baisse quasi-continue depuis vingt ans.

Des disparités importantes

Mais cette tendance globale cache des disparités importantes et certains secteurs professionnels connaissent une évolution inverse. C’est le cas de l’aide et des soins à la personne. La fréquence des accidents du travail s’y établit à 52,8 accidents pour 1 000 salariés en 2017. Elle atteint même 97,2 accidents pour 1 000 personnes dans les activités les plus exposées, c’est-à-dire notamment dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et dans le secteur de l’aide à domicile.

L’intérim connaît aussi une nouvelle progression des accidents du travail, avec 53,6 accidents pour 1 000 salariés. La direction des risques professionnels de l’Assurance maladie explique en partie cette tendance par la reprise économique que connaissent les activités temporaires depuis 2016.

Le nombre d’accidents de trajet augmente lui aussi, de + 4,3%. Une progression imputée pour plus de la moitié au risque routier.

La principale cause des accidents du travail reste la manutention manuelle, qui représente 51% des 632 918 accidents du travail recensés en 2017. Les chutes occupent la deuxième place, avec 28% des accidents.

Les affections psychiques en hausse

Quant aux maladies professionnelles, elles poursuivent leur décrue en 2017, avec une baisse de 0,5% entre 2016 et 2017. Une baisse globale qui voile aussi en partie l’augmentation de certaines pathologies professionnelles, et notamment une hausse de 35% des affections psychiques prises en charge comme maladies professionnelles, rappelle FO dans un communiqué.

La confédération souligne l’importance de mener une politique de prévention et de gestion du risque au plus près du terrain et des conditions de travail des salariés. FO défendra cette orientation lors de la négociation interprofessionnelle qui devrait bientôt s’ouvrir sur la santé au travail.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément